Avocat pour la pension alimentaire à Saint-Gilles, près d’Anderlecht et Forest (Bruxelles)

Le sujet de la pension alimentaire dans le cadre d’un divorce peut soulever de nombreuses questions et générer des conflits houleux. Vous pourrez toutefois vous reposer sur mes compétences d'avocat en droit de familial à Saint-Gilles (Bruxelles) pour trouver des réponses et voir vos intérêts défendus avec détermination.
Prenez dès maintenant rendez-vous à mon cabinet, implanté à Saint-Gilles (Bruxelles). Par ailleurs, je traite des dossiers relatifs devant les juridictions de Nivelles, Namur, Mons, Liège ou encore Charleroi.

La notion de pension alimentaire

Définition de la pension alimentaire

Après un divorce, la vie des ex-conjoints est chamboulée, et plus particulièrement sur le plan financier. Il est alors possible que l’un des deux soit confronté à des difficultés financières consécutives à la séparation. La loi l’autorise donc à réclamer à son ex-époux le versement mensuel d’une aide financière.

Attention, néanmoins, ce droit lui sera retiré s’il a commis une faute grave, s’il porte la responsabilité de l’état de besoin dans lequel il se trouve ou s’il a commis des violences à l’égard de l’autre.

Contrat pension alimentaire
Vous avez une question ?
N'hésitez pas à me contacter
Par téléphone
025 80 13 92
Via le formulaire

Contactez-moi

Limites de durée et de montant pour la pension alimentaire

Afin d’éviter les abus, la pension alimentaire doit répondre à des critères stricts qui seront scrupuleusement observés par le juge. Ainsi, depuis la réforme du divorce, il n’est plus question d’assurer le maintien du niveau de vie tel qu’il était durant la vie commune, mais de couvrir l’état de besoin.

Cependant, le juge peut estimer que les choix de vie de l’époux demandeur durant le mariage ont une incidence directe sur sa situation financière actuelle et évaluer le montant de la pension alimentaire en conséquence.

En outre, la durée des versements ne peut en principe être supérieure à celle du mariage.

Quid de la contribution alimentaire ?

Lorsque l’un des parents bénéficie de revenus inférieurs et/ou héberge l’enfant plus souvent que l’autre, ce dernier peut demander un soutien financier. C’est ce qu’on appelle la contribution alimentaire. À noter que l’hébergement égalitaire n’exclut pas nécessairement un tel versement.

Comme pour le choix des modalités d’hébergement, les ex-conjoints sont libres de s’entendre sur la question. Toutefois, il n’est pas rare de voir surgir des conflits à ce sujet. C’est pourquoi je me tiens à votre disposition ! Avocat en droit de la famille à Saint-Gilles (Bruxelles), dans les environs d’Anderlecht et Uccle, je possède le savoir-faire requis pour traiter votre affaire.

Consultez également :